CG.Création®
Les douves du château d'Angers ...

F.E.B. ~ MISE EN VALEUR DU PATRIMOINE HISTORIQUE DE BULL

Angers et Pays de la Loire

<= home histoire collection restauration expositions structure liens

 

histoire

Bull-Angers

 

Autres
Liens privilégiés :

Blog
FebAngers
ANGERS
Site web
FEB Patrimoine
PARIS

 

voir les commentaires
sous chaque article

 

mise au point
Gamma 3 + AEM

 

 

 

 

 

 

 

Mise au point
Gamma 60

 

 

 

 

 

 

 

Mise au point
Novascale

 

Il était une fois dans l'Ouest ...

La saga de BULL - ANGERS

L'usine d'Angers créée au début des années 1960 (72.100 m²)est restée jusqu'à nos jours l'usine principale de fabrication des serveurs du groupe Bull.

Elle a été consacrée, à ses débuts, à la fabrication des Gamma 3 et 30.

Une des activités les plus importantes de l'usine a été la fabrication de circuits imprimés (CI) -aussi appelées plaques- et le montage sur celles-ci des composants (au début composants discrets -transistors, diodes, résistances, condensateurs- , plus tard circuits intégrés) achetés à l'extérieur. 

La technologie du micropackaging où l'usine effectuait aussi le sciage des wafers, la fabrication des micro-packages (parfois appelés circuits hybrides) fut une activité majeure entre 1979 et 1988 pour la fabrication du DPS-7.

L'activité d'assemblage redevint prépondérante dès la fin des années 1980 lorsque le haut degré d'intégration des VLSI rendit trop onéreux la technologie de micropackaging.

Certaines fonctions comme la tôlerie, la fabrication des câbles furent tantôt fabriquées à l'usine, tantôt sous-traitées dans des entreprises régionales.

L'usine d'Angers a rempli avec efficacité depuis les années 1980 un rôle de regroupement et d'expédition des commandes en reliant la production angevine avec celle des autres usines Bull ou de fournisseurs associés.

A son apogée, en 1983, l'usine comptait 3.200 employés et comportait 118.000 m².

   

memoire des fabrications

Le site Bull Anjou raconté par ses bâtiments ...

Alors que le précédent article nous a fait vivre les 50 ans de Bull à Angers avec comme fil conducteur les changements de nom de l'entreprise, nous vous proposons un nouveau parcours s'appuyant sur la vie des bâtiments de l'origine à aujourd'hui.
C'est le 10 mai 1963 que démarrait cette usine avec principalement 4 bâtiments industriels (les bâtiments 2, 3, 4 et 5) et un bâtiment administratif qui hébergera une division « Études » dès 1964.
Avant de quitter le monde Bull, le bâtiment 2 a connu une histoire très riche car après la tôlerie et le tunnel de peinture c'est l'implantation du micro packaging installé de 1979 à 1988 qui, en entraînant l'embauche de près de 800 personnes, a été sa fierté.
Le bâtiment 3 a pour sa part connu une constante de production puisque de son origine à aujourd'hui il est resté dédié à la fabrication de circuits imprimés nus (CIU). C'est aujourd'hui la société « Elco PCB » qui exploite ce site mais les dernières nouvelles ne sont pas rassurantes quant à l'avenir de cette société.
Le bâtiment 1 va sortir de terre bien après ses grands frères pour abriter l'informatique interne, l'informatique industrielle et les méthodes GCOS 7, libérant ainsi une partie du bâtiment administratif.
Les bâtiments 6, 7 et 14 à vocation logistique vont ensuite recevoir les cartes électroniques. Cette production sera cédée à la société ACT Manufacturing Angers qui sera mise en liquidation fin 2002 entraînant la suppression de 660 emplois et la réaffectation ultérieure des locaux à une activité de logistique assurée par la société NOZ.
En 1994 c'est toute l'informatique de l'établissement industriel qui quitte le bâtiment 1 pour rejoindre l'informatique groupe à Trélazé (installée depuis 1985), cet ensemble devenant en 1995 la filiale INTEGRIS Data services France dédiée à l'infogérance. Cette filiale sera finalement réintégrée dans le Groupe Bull.
C'est toujours en 1994 que les bâtiments 1 et 2 ont été acquis par la ville d'Angers pour installer les activités de Packard Bell. Cet ensemble sera ensuite repris par NEC Computers pour devenir aujourd'hui une activité ACER Computer France. Ces deux bâtiments ont connu beaucoup de changements de propriétaire et d'activité mais sont restés dans le monde de l'informatique.
Avec la construction du bâtiment 7 (le silo), organe de stockage automatisé, le tunnel routier qui traversait le sous-sol de tous les bâtiments a été transformé convoyeur automatisé (le petit train) dédié à circulation des pièces depuis la réception (bat.1) stockage des produits finis (silo) en passant par différentes phases de production et test dans bâtiments intermédiaires.
Aujourd'hui l'activité ATOS Bull est recentrée sur bâtiments 4 et 5 qui regroupent les différents services administratifs ainsi que la production des super calculateurs et l'imprimerie Duplicopy, le site de Trélazé restant dédié à l'infogérance.
Bull, une histoire de plus de 50 ans qui ne demande qu'à se poursuivre à travers Bull Atos Technologies.
En observant sur le schéma joint le bas de chaque pavé on découvrira le nom des propriétaires actuels des bâtiments (en blanc sur fond bleu), ce qui répond à la question : « Qu'est devenu le site d'Angers ?». Le bureau angevin de l'ACS

 

en vedette :
 

La tabulatrice T30 (1933) classée
"monument historique"

La première tabulatrice, la T30, est produite en 1932.
Elle est aujourd’hui classée ‘monument historique’. Ses performances étaient
de 135 cartes de 45 colonnes, à trous ronds, lues à la minute et 120 lignes
imprimées à la minute. C’était une machine entièrement mécanique, avec
embrayage, cames, rupteurs d’horloge, lecteurs de cartes et pieuvre de câblage.
C'est A. Knutsen qui en réalisa le prototype de la T30 en 1931. Son système d'impression était totalement innovant : il permettait d'imprimer des caractères numériques et alphanumériques à une vitesse largement supérieure à ses concurrents, grâce à un système de roues. Son brevet permit à Bull de conserver cet avantage jusqu'en 1952.
   
Un commentaire !

~ À lire avant d'utiliser cet outil rédaction de commentaires ~
Pour créer un compte et poster des commentaires, rédigez votre texte et cliquez sur “Post comment” ... Une fenêtre pop-up apparaîtra, et entrez votre nom d'utilisateur souhaité, mot de passe et adresse e-mail. Puis, cliquez sur "Suivant".

Attention ! Pour faire une réponse dans une conversation, utiliser “Reply” en dessous à droite du dernier commentaire ... L'encadré proposé, ci-dessous, sert à créer une nouvelle conversation .

 

 

 

ANGERS

 

Ville

des

Fleurs